Little Flower Children’s home – Palliport - Ile de Vypeen – Kerala

Le site de cette maison d’enfants est paradisiaque. Dès que l’on rentre dans le domaine en bordure du lagon, on est pris par cette torpeur et ce bien-être que l’endroit inspire.
C’est un havre de paix qui tranche des klaxons et de la vie tourbillonnante de cette île de Vypeen surpeuplée et habitée par des bidonvilles et des maisons de pêcheurs dévastées par le Tsunami de 2005. L’île forme un des faubourgs de la grande ville d’Ernakulam.

La dernière lettre des enfants

vypeendec11a th          vypeendec11b th

L'histoire de l'orphelinat :

Les bâtiments de l’école datent du 17ème siècle !! Les Hollandais ont chassés les Jésuites et les Portugais qui habitaient là depuis le 15ème siècle. 
Les Hollandais y créèrent une léproserie (bâtiments actuels de l’école !). 
Les bâtiments devinrent un hôpital sous les Anglais. Puis ils furent abandonnés par ces derniers pendant une cinquantaine d’années.
En 1925, le domaine fut racheté par l’Évêché qui le donna aux Carmélites de Ste Teresa. 
Elles y créèrent leur troisième centre (couvent, école, orphelinat, et centre de travail pour les femmes en détresse).
En 1956, l’état du Kerala reconnut l’école et l’orphelinat en lui donnant son agrément. 

Aujourd'hui :

Fil de navigation

Le bâtiment de l'orphelinat à l'air neuf mais quand on regarde de plus prés on se rend compte que le sol a beaucoup souffert depuis la dernière rénovation du bâtiment en 1985.
Le nombre de fillettes accueillies à l’orphelinat a diminué dangereusement (par manque de financement) ces dernières années.
En 2008, 75 enfants y vivaient et aujourd’hui seulement 47.
Le groupe scolaire (de la maternelle à la 5ème) accueille environ 500 enfants de pêcheurs et de familles pauvres de l’île.

Haut de la page

Les enfants de l’orphelinat viennent des villages côtiers du sud du Kerala (à environ 250 kms).  

Sud du Kerala th kerala2  th kerala3  th kerala4 th kerala5 th kerala6

Elles viennent de familles particulièrement pauvre, vivant dans la rue sans aucune éducation familiale.
Avant d’être recueillis par les sœurs, ces enfants n’ont jamais été scolarisés ni reçu d’éducation familiale élémentaire.
Pour la plupart les enfants seraient à la rue, s’ils n’étaient pas accueillis.

Le travail des Sœurs est très difficile, car elles doivent habituer ces enfants à la vie comportant des règles élémentaires d’hygiène, de socialisation, et de scolarisation. Les Sœurs se substituent entièrement aux familles pour assurer l’existence et l’éducation de ces fillettes. Pour chaque vacance, les enfants repartent dans leur famille et reviennent en majorité avec des symptômes de malnutrition.

L’activité extra-scolaire la plus importante des enfants est la fanfare ! Les fillettes forment une fanfare qui se déplace dans les villages et quartiers environnants lors des fêtes. Les fillettes sont très fières de pouvoir être appréciées et reconnues lors de leurs sorties. Les enfants répètent tous les dimanches après-midi.

Le coût d’accueil d’une enfant est d’environ 26€/mois à l’orphelinat. Le gouvernement subventionne 2,58 € par enfant et par mois; les Sœurs doivent trouver le reste de l’argent grâce aux dons privés. Chiffres communiqués par nos partenaires en décembre 2010

Haut de la page

L'emploi du temps des pensionnaires de Little Flower :

Les 65 jeunes filles pensionnaires dorment dans une grande pièce, par terre, sur des nattes. Les plus âgées étudient dans la salle en dessous et vont se coucher plus tard.
Durant les vacances, certaines peuvent rentrer chez un parent, elles ont plus de temps libre et vont se promener ou regardent la télévision. Grâce à cet internat, elles peuvent étudier et obtenir de bonnes notes et nombreuses sont les postulantes qui ne peuvent intégrer ce pensionnat, faute de places disponibles ...

Les enfants ont BESOIN DE VOUS donnez ......

Vous pouvez donner quelques euros par le site de paiement en ligne Sécurisé par la BNPARIBAS accès à la page "DONS EN LIGNE"

Les pages de chaque maison d'enfants :

Autres chapitres connexes : 

Nos correspondantes qui sont-elles ?

Haut de la page